Saviez-vous que le sol est une partie très importante dans l’isolation d’un logement ? En effet, les sols et planchers d’un habitat peuvent être source de déperdition de chaleur, c’est pourquoi leur rénovation fait partie intégrante des travaux de rénovation énergétique. En fonction du sol que vous avez, vos dépenses en énergie varient. Petit topo sur le type de plancher à privilégier.

LES DIFFERENTS TYPES DE PARQUET QUI EXISTENT

Il existe quatre types de parquets différents qui comportent des caractéristiques distinctes

  • Le parquet massif

Il s’agit sans doute du parquet le plus résistant, puisqu’il peut tenir jusqu’à 90 ans mais également le plus cher.

Composé à 100% de l’essence de bois, il est compatible avec les sols chauffants et/ou rafraîchissants (inférieur à 14 mm d’épaisseur) et résistant à l’humidité. Un vaste choix d’aspects vous est possible (largeur de lames, finitions, essences…), il peut être rénové entièrement et possède de très bonnes qualités en termes d’isolation thermique et sonore.

Par ailleurs, ses inconvénients se prêtent surtout au niveau de son prix, supérieur au contrecollé et il demande, du fait de la complexité de sa pose, de faire appel à un professionnel.

  • Le parquet semi-massif

Il se compose de deux couches de bois (parement et un support contrecollé en bouleau). Plus abordable que le massif, mais légèrement plus coûteux que du contrecollé, sa durée de vie est supérieure à 70 ans. Ce type de parquet peut être poncé, coloré ou verni et est disponible en différentes essences, indigènes ou exotiques.

Ses avantages sont les suivants :

  • il est presque similaire à du parquet massif,
  • il dispose d’un choix d’aspects important, tant d’un point de vue des essences, que de la finition, ou encore des dimensions,
  • certains modèles sont dotés d’un système d’emboitement très pratique pour une pose simple et rapide,
  • il est durable et résistant,
  • et posséde une meilleure stabilité que pour du contrecollé.

Néanmoins, ce type de parquet ne peut pas être rénové de multiples fois du fait de l’épaisseur du parement qui limite le nombre de ponçage possible.

  • Le contrecollé

Il s’agit d’un parquet qui a la particularité de se composer de 3 couches de bois.

1. une couche de bois noble en fonction de l’essence choisie (le parement)
2. un support latté à fil croisé de 2 à 9 « plis » de placage,
3. et une couche de contrebalancement.

Sa durée de vie est de 60 ans et il peut être poncé, coloré ou verni également et peut être posé par un “simple bricoleur”.

Malgré ses avantages en termes de pose, de coût et de confort, son isolation est moins importante que le parquet massif ou semi-massif et sa rénovation est limitée.

  • Le revêtement stratifié

Le stratifié ressemble beaucoup au bois, alors qu’il n’en est pas. Il est souvent appelé “parquet stratifié” du fait de sa ressemblance avec le vrai.

Il se compose lui aussi de plusieurs couches : support en aggloméré, décor, couche d’usure et de protection, pour finalement être imprégné d’une couche de résine thermodurcissante.

Ses caractéristiques : très bon marché, très simple à poser par les particuliers, fabriqué avec un système de rainures ou d’autobloquants, simple à entretenir, prix abordable…

En somme, il reste une très bonne alternative pour décorer une pièce à moindre coût. Attention cependant à sa durée de vie qui reste très inférieure à ceux nommés ci-dessus.

 

LES ECONOMIES D’ENERGIES LIEES AU CHOIX DU PARQUET

Selon que votre choix se porte sur tel ou tel parquet, les économies sur vos dépenses d’électricité ne seront pas les mêmes. En effet, pour chacun d’eux, l’isolation est différente ce qui joue sur votre facture.

Outre le prix du kWh de l’électricité et le fournisseur d’énergie que vous choisissez, l’isolation de votre habitat, vos consommations énergétiques et l’année de construction de votre logement influent sur vos dépenses en énergie.

Les murs, les fenêtres, les portes et les sols sont sources de déperdition de chaleur s’ils sont mal entretenus ou s’ils sont de qualités médiocres. C’est pourquoi, il est nécessaire de bien se renseigner en amont, pour poser un parquet qui jouera en faveur de l’économie d’énergie.